KARIMOUCHE / SIDI WACHO

DANSER ENCORE – CONCERTS GRATUITS EN EXTÉRIEUR

Fort du succès des « Concerts sous les fenêtres » proposés l’été dernier, le Tamanoir récidive pendant trois semaines en juillet prochain dans le cadre de « L’été à deux pas d’ici » avec une nouvelle série de concerts qui animeront parcs et jardins de différents quartiers de la Ville de Gennevilliers.

Musiques du Monde actuel, hip hop, chansons, spectacles jeune public, seront au rendez-vous d’une programmation familiale, métissée et colorée qui vous mettra de bonne humeur. 
Des artistes d’ici et d’ailleurs, avec une forte représentation féminine mise à l’honneur, inviteront toutes les générations confondues, à danser à nouveau*, aux sons de leurs bonnes vibrations….
*dans le respect des « gestes barrières » et des protocoles sanitaires en vigueur.

En partenariat avec
Avec le soutien de la Ville de Gennevilliers, de la Région Ile de France, du Département des Hauts de Seine, de la Sacem et du CNM.

JEUDI 8 JUILLET
À PARTIR DE 18H – Gratuit en extérieur

PARC FATIMA  – rue Eugène Varlin à Gennevilliers

KARIMOUCHE      ElectrOriental

 Chanson française, musique orientale, trap, electro… : si les influences sont multiples, le style, lui, s’impose comme résolument novateur et épuré. Dans son troisième opus Folies Berbères, Karimouche aborde frontalement le sujet de ses origines. En témoignent le titre de l’album, mais aussi celui de certains morceaux comme Buñul ou Princesses. Carima Amarouche, alias Karimouche, née à Angoulême dans une famille berbère, balaie les fausses contradictions et les dualités stériles pour célébrer une nouvelle façon d’habiter l’Hexagone et le monde. La chanteuse féline abolit les barbelés entre les cultures. Sous l’empire des Folies Berbères, il n’est qu’une pluralité de goûts, de beats hypnotiques et d’accents vibrants sous une voix chaude et frondeuse. 

L’album réalisé par Camille Ballon alias Tom Fire trouve sa modernité dans ces rapprochements inattendus. Que de souffle, d’acuité, de cordes à ce cri ! L’opus emprunte aussi bien à Edith Piaf qu’à Missy Elliott comme à la musique gnaoua. À Jacques Brel comme à Nass El Ghiwane, groupe marocain légendaire des années 70. Quant aux featurings, ils illustrent à eux seuls l’amplitude des influences : sur une piste, l’irrésistible cariocaise Flavia Coelho ; sur l’autre, R.Wan, parrain du rap-musette, l’un des plus talentueux paroliers de sa génération. 

Folies Berbères prouve surtout la capacité de Karimouche à se renouveler en affirmant ses fondamentaux : la force poétique, la minutie de la chronique sociale, sans oublier l’humour ravageur. Si l’artiste parvient à danser sur les crêtes en funambule, c’est en vertu d’une expérience unique : rompue au stand-up, elle n’ignore rien des ressorts du sketch ; actrice pleine d’énergie et de justesse dans des séries à succès telles que Les Sauvages ou Cannabis, elle connaît le mystère des apparences ; après des centaines de concerts de L’Algérie au Canada, elle investit les scènes comme une boule de feu. Dans sa « démence berbère », où l’auto dérision le dispute à l’Auto-Tune, Karimouche accomplit un tour de force : rendre sa sincérité au chant du caméléon ! (Biographie écrite par Alexandre Kauffmann)

Revue de presse KARIMOUCHE

 

 SIDI WACHO  – Hip Hop Mondial

Ils sont originaires de Valparaíso, de Roubaix, de Lima et de Barbès, mais ils revendiquent être partout chez eux ! Nomade et rebelle, la caravane Sidi Wacho s’installe bruyamment et nous propose tout simplement de retourner la planète et de monter le volume pour que la fiesta soit plus belle. Dans une ambiance cumbia, hip hop et balkan, le crew composé de deux MC’s, un trompettiste, un accordéoniste et un percussionniste mixe avec insolence les sonorités et les dialectes et nous rappelle évidemment que “la lucha sigue”.

Après deux albums, « Libre » (2016) et “Bordeliko” (2018), et des centaines de concerts à travers le monde, Sidi Wacho revient en 2020 avec une nouvelle galette baptisée “Elegancia Popular”, un album sans aucun doute inspiré par les contestations sociales qui secouent les grandes capitales. “Santiago qui s’enflamme, Alger phénoménal, la calle de Panam”, leurs textes engagés rendent hommage à celles et ceux et qui luttent pour leur émancipation. Festif, coloré et à la fois enragé, dans ce troisième disque, on chronique, on critique et on chante fièrement la révolution, l’espoir, l’amour et on refuse définitivement les codes dominants pour faire honneur à l’élégance populaire de la classe ouvrière. Si notre époque a une bande son, elle s’appelle Sidi Wacho.