JÎ DRÛ + WEREARE4

JÎ DRÛ

crédit photo Seka Ledoux

Jî Drû , flûtiste de caractère, producteur et arrangeur, chef de bande endiablé pour Push Up! et Jî Mob, sideman inspiré, signe aujourd’hui un premier album sous son nom, raffiné, exrpressif et onirique : WESTERN.

Western c’est le souffle, la respiration. Western est une épopée collective et individuelle, un combat contre nos propres démons. Western évoque l’initiative individuelle, brisée par l’intérêt de quelques-uns. Western interroge l’intime, ce qui nous fait espérer, cet élan qui nous transport et nous fait rêver. Son décor est un espace vide, plein de mouvements d’air et de matière, de réverbération, un endroit où le léger côtoie le lourd, le simple et le complexe.
Western est le son d’une flûte. Western se répète à l’infini.

Jî Drû – Flûte traversière, voix
Sandra Nkaké Textures, voix, sanza
Armel Dupas – Rhodes, basses analogiques
Mathieu Penot – Batterie, accessoires`

Extrait Presse « Acteur indispensable de la scène jazz française contemporaine, le flûtiste, arrangeur et producteur Jî Drû est un esthète du son qui s’aventure, avec toute sa finesse, sur les terres métisses d’une musique moderne et épurée où la poésie côtoie la révolte humaniste. » FIP

Bio Jî Drû

Jî Drû est un flûtiste et producteur, né à Amiens. Il s’exile à Paris dans les années 2000 et collabore sur scène avec divers artistes comme Magic Malik, Julien Lourau, Les Troublemakers, Doctor L, Toma Sidibé et parcourt ainsi les scènes de France, d’Europe et les principaux festivals de musique. Ces projets vont le conduire dans plus de 40 pays à présenter son jeu particulier de flûte et à donner de la voix. En 2006, il crée sa propre formation, Jî Mob avec laquelle il sort trois albums auxquels participent Julien Lourau, Stéphane Belmondo, Magic Malik et Troublemakers. Entre temps il crée le groupe Push up! pour lequel il produira deux albums. Il co-écrit et réalise deux disques de Sandra Nkaké. Il participe à de nombreuses créations live et croise la route d’Omar Sosa, Mike Ladd, Hanifah Walidah, Tony Allen, Cheick Tidiane Seck, Thomas de Pourquery, Hocus Pocus, Château Flight, Brian Jackson, Mike Clark, M-one du groupe DeadPrez et crée en duo avec Sandra Nkaké le spectacle « Shadow Of A Doubt ». Artiste protéiforme, on le retrouve aussi à la co-réalisation de plusieurs vidéos et participe en parallèle à sa carrière à de nombreuses créations musicales pour des installations d’art contemporain, mais aussi pour des musiques de longs et courts-métrages.

WEREARE4 (Sly Johnson, André Ceccarelli. Laurent de Wilde. Fifi Chayeb)

crédit photo Alexandre Lacombe

Flow efficaces, harmonies maîtrisées et interprétations impeccables, WEARE4 met en scène la rencontre jubilatoire entre le hip-hop et le jazz. Ils sont 4 pour relever le challenge du mariage entre musique urbaine et jazz. André Ceccarelli, batteur hors-pair constamment à l’affut de projets novateurs, Sly Johnson, l’une des plus grandes voix soul de la scène française et figure incontournable du beatbox (ex Saïan Supa Crew), le clavier électrique et tout en finesse de Laurent de Wilde (Victoire du Jazz 2018 catégorie « Artiste de l’Année »), et Fifi Chayeb, bassiste dont le groove unique a accompagné les plus grands de Michel Legrand à Didier Lockwood, en passant par Billy Cobham. Avec la liberté des notes d’une part et la liberté d’expression d’autre part, ils s’accordent avec une grâce irrésistible, au carrefour d’une rythmique savante et d’une énergie détonante.